Rechercher
  • Rédaction Ochinda

La passion des mots

J’avais douze ans… Une enfant… Durant ma septième année du primaire, le professeur nous a demandé d’écrire un poème. J’ai alors écrit un poème de douze strophes.


Pendant que j’écrivais, quelque chose s’est passé en moi. Une fièvre… Une fièvre inexplicable est montée graduellement dans mes veines pour ne plus jamais me quitter. Dès ce moment, j’ai décidé de devenir poète.


Mais peut-être étais-je déjà poète dans l’âme. Très tôt, j’ai appris à contempler les champs de la vaste ferme de mon père, située dans la merveilleuse campagne de Saint-Placide. Plus que tout, j’aimais marcher à travers ces étendues verdoyantes.


Une brindille de foin entre les lèvres, le regard porté vers le lac des Deux-Montagnes, j’ai appris peu à peu ce que signifie la conscience d’être : savoir se ressourcer, regarder l’immensité du paysage sans autre but que d’exister.


Cette même année du primaire, j’ai participé à deux concours littéraires régionaux. J’ai écrit un poème et un récit. J’ai gagné des prix. Au plus profond de moi, j’ai senti que la passion des mots m’habiterait pour toujours…


J’avais rêvé

de poésie

comme un arbre

qui étendrait ses racines

au plus profond de la terre


Johanne Laframboise

Recueil : Des lendemains de lumière


70 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout